Loading

BIOGRAPHY

PATRICK

PATRICK

IYENGAR / MEDITATION / YOGA ORGANIQUE

Ma seconde naissance date de 1993, je quitte le cocon pour la grande liberté et ma première rencontre avec mes vies passées. Un pèlerinage à 4700m d’altitude au Nord de Katmandu dans le Langtang, 300 à 400 chamanes, des milliers de pèlerins, le lac sacré de Gosaikunda où le dieu Civa sommeillerait, une fête sacrée et un article de presse avec mon ami photographe Arnaud Prudhomme, journaliste engagé et fervent défenseur des droits de l’homme. De 1993 à 1995, je franchis mes limites. Je m’acclimate à ma propre grandeur, à l’altitude que je m’autorise en cheminant autour de l’Annapurna. J’enchaîne avec la région du Sagarmatha, « Solukhumbu », région de l’Everest. Après une semaine de jungle où les sangsues se brûlent dans une chaleur subtropicale, arrivent alors les glaciers vrombissants qui font la taille d’un quartier de Paris. Je marche avec un vieil homme jusqu’au base camp de l’Everest et je gravis mon premier 5500 m « Chukung Ri Pic ». Grisé par ma propre force, germe en moi, l’idée folle, d’aller dans le « Bayoul », pays caché du Dolpo ou « Guru Padmashambava » aurait poursuivi une démone pour la tuer. Ouvert depuis seulement deux ans, à cette époque, c’est une zone sauvage de haute altitude sans possibilité de secours aucune ou les « Dolpopas » nomades d’origine tibetaine vivent depuis des millénaires sans le « blanc ». Je monte en une semaine une expédition avec Tika, mon guide, Karna, un porteur gurung sec et carnassier et enfin Baini, petit soeur, 13 ans à qui j’évite la prostitution pour l’équivalent d’un salaire « de la peur » d’un an pour se joindre à nous comme cuisinière. Je loue un petit fokker, bimoteur avec son pilote canadien, atterrissage à Jumla et début d’une aventure extrême : Un mois de marche, 250 km, altitude basse 5000, traversées de rivières en cordées, 3 pics (5600, 5800, 5900) et une fin de voyage avec pour seule nourriture de la « tsampa » et du fromage séché… « Qu’es-tu venu retrouver ici? Tu es venu avec l’oiseau de fer ? »…
À mon retour à Katmandu, je rencontre Eric Valli, un des premiers a avoir foulé la terre du Dolpo, « Hymalaya : l’enfance d’un chef », respects mutuels. En 1997, la route mythique de Katmandu à Lhassa, dernière étape avant l’Inde.
En 2001, l’Inde et une belle rencontre, lors d’un pèlerinage de 14 jours, avec S.N.Goenka mon enseignant de méditation Vipassana sur les lieux de vie du Bouddha : partage d’un repas dans le silence de Sarnath et début d’une vie professionnelle. En février 2002, nous créons à Paris » L’Or et le Sel », une galerie où sont rassemblés des coups de cœurs chinés durant plusieurs semaines de voyage et environ 4000 km, de Bombay à Katmandu. Des achats avec plus de 39 fournisseurs, 5 points d’export et des journées de 10 heures à chercher, négocier, exporter de l’art, des antiquités, dès curiosités, de l’histoire, du sens. En 2004 et durant trois ans, je suis les 7 niveaux d’enseignement tantriques avec Ma Ananda Sarita & Geho, afin de comprendre et ressentir plus spirituellement l’Union Sacrée. En parallèle, le Yoga se mêle et s’entremêle étroitement à cette Histoire dès mes 23 ans au Népal puis à Paris au centre de Yoga Iyengar. J’ai suivi l’enseignement selon Sri B.K.S IYENGAR durant 25 ans et participé à des formations d’enseignant de Yoga. Je pratique la méditation VIPASSANA depuis 21 ans en méditant ou en tant que servant du « Dhamma ». Décembre 2017, Ingrid me tend les clefs de son centre avec la spontanéité du coeur qui l’habite, « Viens pratiquer avec nous ! »
et m’ouvre une nouvelle porte sur mon chemin Spirituel.
Nous cheminons ensemble.
Ma connaissance du corps et de l’esprit me permettent de vous guider progressivement dans la pratique afin de « libérer » le corps et d’apaiser le mental.
Mon enseignement : Pleine conscience dans le corps de sensations.
Le leitmotiv d’un de mes enseignants:
 »Essayer, c’est maîtriser »!